Un enjeu stratégique

C’est indéniable, le monde de l’industrie ne cesse d’évoluer. Automatisation, robotisation, ces mots n’existaient pas il y encore quelques décennies. Aujourd’hui pas une journée sans les entendre au sein de nos industries. De l’ingénieur à l’ouvrier le moins qualifié, les salariés devront s’adapter coûte que coûte.

Pour les plus qualifiés d’entre eux, tels les ingénieurs, de nouveaux métiers apparaissent autour de l’économie de la donnée. De nombreux spécialistes du big data sont ainsi embauchés pour analyser et sécuriser les données sensibles de l’entreprise. De plus en plus de techniciens sont également recrutés pour assurer de nouvelles missions comme superviser l’activité des machines connectées. À l’échelon encore inférieur, les ouvriers sont quant à eux, tenus de maîtriser les interfaces numériques de machines qui ne cessent d’évoluer.

Dans ces conditions, la formation devient un enjeu vital et stratégique. Pour se former, toute personne active, dès son entrée sur le marché du travail, peut notamment réaliser une formation grâce aux heures cumulées sur son CPF (Compte Personnel de Formation). Ce compte est alimenté à raison de 24 heures par an pour une personne travaillant à temps plein. Une fois le seuil de 120 heures atteint, une année de travail à temps plein permettra d’ajouter 12 heures jusqu’à un maximum de 150 heures. Si vous souhaitez en savoir plus sur ce compte, je vous invite à consulter le site officiel du gouvernement.

Si vous désirez obtenir plus d’informations, n’hésitez pas à consulter l’article original publié sur le site pole-emploi.org.